Recherche
 
Vous êtes ici :   Accueil » L'arboretum
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Les Forêts de la Coubre
et des Combots d'Ansoine
Un patrimoine naturel
Pourquoi cette mobilisation ?

La forêt de la Coubre est un milieu naturel exceptionnel d'une grande richesse écologique, historique et humaine pour le territoire et la population de la presqu'île d'Arvert.

Les biens communs coûtent cher à la société, la forêt domaniale fait partie du domaine public; elle aussi, tombe sous le joug de la recherche d'économies voire de la rentabilité. Les aménagements sont de plus en plus chers et les crédits de plus en plus limités. Il devient impératif de faire appel à d'autres voies pour en assurer la pérennité.

Heureusement, beaucoup de personnes sont attachées aux valeurs de ce patrimoine construit à la sueur des générations successives qui se sont attachées à nous le transmettre dans d'assez bonnes conditions.

Nature en Pays d'arvert via sa structure ADPLC se veut fédératrice de toutes les bonnes volontés décidées à sauvegarder le patrimoine naturel et la patrimoine bâti de la forêt domaniale de la Coubre et des Combots d'Ansoine.

     Rejoignez-nous, nous avons besoin de vous pour redonner vie à la forêt et la maintenir en bon état.

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.lacoubre.org/data/fr-articles.xml

L’ARBORETUM

Ce nom a été donné au siècle dernier à ce que Vasselot de Régné appela le jardin d’essai ou pépinière lorsqu’il commença à le réaliser en 1866, au pied du Pavillon.

Tout en s’occupant de donner aux bois de pin les qualités qui lui manquaient, on a recherché quelles étaient les essences qui s’accommoderaient des sables des dunes”.

Dans un premier temps, une clôture a été mise en place pour empêcher les incursions des animaux risquant de détruire les plants ou semis. Tout autour, on a ensuite ‟procédé à la plantation d’arbres de hautes et basses tiges sur 4 ha pour protéger la caserne forestière (le Pavillon) et la pépinière”.

Un ingénieux système d’arrosage était constitué par un puits an maçonnerie enfoui dans le sable. Au dessus était placé un « manège » mu par un cheval qui permettait de puiser l’eau et de la refouler, 10 m au dessus du sol, dans un bassin circulaire en pierre (toujours visible). De ce château d’eau l’eau était conduite par gravité dans le jardin et distribuée.

La surface cultivée était de 1,90 ha, le reste (60 a) était constitué par des allées latérales et une grande allée centrale partant du bas de la maison pour déboucher, 400 m plus loin au sud-est, sur le chemin de la Chapelle (plus de 200 m en dehors de la pépinière proprement dite).

À cette époque, le quadrillage de la forêt en lignes et tranchées pare-feu n’avait pas encore été établi de sorte que la limite sud de la pépinière était perpendiculaire à la grande allée. (Aujourd’hui, c’est la ligne 37 qui fait cette limite).

Le plan réalisé par le Garde général adjoint montre les limites du jardin et les 39 massifs qu’entouraient les allées. Les numéros de ces massifs correspondaient à ceux d’un tableau contenant toutes les plantes exotiques et indigènes existant dans le jardin d’essai au 1er juillet 1878.

Par espèces exotiques il fallait entendre des espèces venant d’une autre région (micocoulier de Provence) ou de pays étrangers (pin de Céphalonie…).

Sur ce récapitulatif on compte une centaine d’espèces (arborescentes surtout) parmi lesquelles beaucoup de résineux : des pins (laricio, pinier, de Monterey, d’Alep…) des cèdres (de l’Atlas, de l’Himalaya…) des sapins (d’Espagne, de Nordmann…). Les espèces considérées comme exotiques étaient déjà introduites en France comme le platane d’Occident, le baguenaudier ou le févier d'Amérique (photo).

.

Un siècle après ce recensement, l’O.N.F. a engagé quelques travaux de restauration de sorte que l’aspect du jardin a un peu changé (comparer le plan de 1878 et la vue aérienne actuelle). Un inventaire effectué en 1979 indiquait que 47% des espèces  avaient disparu. Un nouvel inventaire réalisé après deux tempêtes successives (hiver 1995-96) révélait que 25% des espèces introduites en 1878 avaient été conservées.

À cette époque, à l’initiative de la Division O.N.F. de La Rochelle, un dossier très documenté a été réalisé sur l’état et les possibilités de réhabilitation et d’orientation du jardin. La volonté était de conserver la mémoire du lieu et  de constituer une collection d’espèces présentes dans le massif forestier, en particulier.

La Direction Régionale de l’Environnement Poitou-Charentes associée à cette entreprise avait donné son avis : la qualité sensible (paysagère) pensée et construite il y a un siècle subsiste donc indéniablement aujourd’hui tandis que la valeur scientifique (botanique) peut paraître extrêmement ténue. Par ailleurs, il faut souligner l’intérêt architectural de la maison forestière ainsi que certains de ses bâtiments annexes, organisés selon le même axe.

Le projet, auquel la  Région avait accepté de participer financièrement, est resté en attente pendant quelques temps. La tempête de 1999 n’a pas facilité sa réalisation qui s’est heurtée par ailleurs à un manque total de bonne volonté sur le terrain.

S’il a, à l’évidence perdu sa vocation initiale, cet arboretum demeure un témoignage de l’histoire de la forêt et plus particulièrement de ce hameau du Pavillon.

Sa remise en état (il ne s’agit pas encore de restauration), qui ne nécessiterait pas de gros travaux, permettrait de reconstituer l’agréable perspective de ce jardin à la fois ‟français” par son organisation symétrique et ‟anglais” par ses massifs d’essences variées et ses allées moins ordonnées.

 

 . 


Date de création : 21/02/2012 19:18
Dernière modification : 13/08/2012 15:37
Page lue 59055 fois
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

L'association
Notre action
Calendrier
L'ONF nous informe
Vous êtes ici :   Accueil » L'arboretum
  
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 15 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Webmaster - Infos
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :